Rechercher
  • Sarah Ameye

Je vous présente Mlle Achillée Millefeuille...


J’ai fait l’exercice de commencer mon article en sentant cette HE et en la prenant en photo…

Je ne la connais pas du tout et la découvre « olfactivement » parlant pour la première fois.

Ce que je peux vous dire de son odeur c’est qu’une goutte suffit pour avoir une empreinte, mais deux gouttes et elle devient limite entêtante. Une odeur qui reste dans le nez, un peu piquante, un peu fraîche..


Ce que je crois savoir d’elle, c’est un peu ce que j’ai lu au fil des années, mais sans vraiment m’y attarder parce que je ne l’utilisais pas. Je sais qu’elle est utilisée pour aider à la digestion et j’imagine, vu sa couleur bleutée, qu’elle contient un sesquiterpène (azulène) qui doit lui donner des propriétés anti-allergiques... Pour le reste, voyons cela ensemble !


Présentation



De son petit nom Achillea millefolium, c’est une plante de la famille des astéracées (comme la camomille matricaire), plante vivace ayant de nombreuses espèces, mais la plus connue (en aromathérapie) reste la Millefeuille. Sa fleur est blanche et c’est cette partie là que l’on distille.

On la trouve dans les Balkans à l’état sauvage. On l’appelle aussi Herbe aux coupures, Saigne-nez, herbe de Saint-Joseph, herbe du charpentier…*.




Dans sa composition chimique, on y trouve (je le savais :-) ) du chamazulène (molécule de la famille des sesquiterpènes), mais aussi du 1,8cinéole (molécule principale de l’eucalyptus radiata) et du camphre (comme dans le romarin à camphre). Je vous mets ci-contre la photo de son triangle de Mailhebiau (pour celles et ceux qui aiment voir la composition globale d’une HE).


Ses propriétés vont être:

Anti-inflammatoire

Cicatrisante +++

Antiallergique et anti prurigineuse

Anti-hémorragique

Impact aussi sur le système endocrinien (progestéronique).


Quand va-t-on l’utiliser ?


Comme anti-inflammatoire, on pourrait l’intégrer dans un mélange pour soulager les entorses, les névralgies.


Pour son impact hormonal, on pourrait l’utiliser dans un mélange pour accompagner la femme en cas de dysménorrhée (perturbation du cycle / douleurs) et / ou d’oligoménorrhée (je ne connaissais pas ce terme, j’ai donc été voir et il s’agit d’un terme utilisé en cas de flux peu abondant, avec une difficulté à s’évacuer).


C’est une HE cicatrisante, elle pourrait donc être intégrée dans un mélange à cet effet (que ce soit pour des plaies ou comme cicatrisante cutanée dans une crème de jour / nuit).

Personnellement, quand on parle de plaie ouverte, je ne m’y connais pas assez que pour recommander quoi que ce soit. A cet effet, renseignez vous à fond! Mais pas chez moi :-)


Comme antiallergique, elle pourrait aussi intervenir dans un mélange pour apaiser (effet antalgique) le zona..


Et donc, elle n’est pas du tout utilisée pour équilibrer une digestion difficile!!! Comme quoi, on en apprend tous les jours!



Contre-Indications


Elle n’est pas du tout recommandée pour les enfants et les femmes enceintes car c’est une HE neurotoxique et abortive. Je vous rassure, quand on dit « neurotoxique » c’est quand une HE contient des molécules assez fortes et qu’il faut l’utiliser avec parcimonie (ex. 1 goutte sur le poignet le matin. Ou à intégrer dans un mélange, c’est là d’ailleurs qu’elle sera le plus indiquée, son odeur nécessite un peu de tempérance). On peut donc l’utiliser, mais en douceur, jamais d’excès!


Au niveau émotionnel


De ce que j’ai lu (je vous mets les références en bas de cet article), l’Achillée est associée à ce guerrier grecque, Achille, car celui-ci aurait utilisé cette plante pour soigner les plaies ouvertes de Téléphos pendant la bataille de Troie. Elle est donc utilisée, si l’on en croit la littérature, depuis des millénaires.

C’est une HE provenant de la distillation de ses fleurs, et à ce titre, son caractère de fleur ressort assez bien: c’est une odeur qui prend sa place, qui sort du lot. Elle va donc aider les personnes en manque de place, en manque de confiance en elle pour les aider à se revendiquer et à se manifester.

C’est une HE qui, selon la tradition chinoise, permet d’équilibrer le Yin et le Yang: le féminin - masculin, mais aussi tous les contrastes présents dans la nature. Elle a donc cette notion d’équilibre en elle, de régulation des émotions (contrastées), des énergies (opposées).

Lydia Bosson, l’auteur de l’Aromathérapie énergétique, l’associe au premier Chakra, le chakra racine. Sans doute pour cette notion de confiance et de place. Moi personnellement, je l’associerais aussi au 5ème chakra, chakra de la gorge, pour sa capacité à pouvoir aider la personne à s’exprimer, à prendre sa place, au travers de la créativité: s’exprimer par la parole, le dessin, l’écriture. C’est ce qui me vient quand je sens son odeur.


Que dire en guise de conclusion ?


Que c’est une HE complexe, à utiliser avec douceur et légèreté.

Elle n’est pas donnée (19,79€ chez Bioflore pour 5ml), ce qui la rend d’autant plus précieuse.

Je la verrais bien comme ingrédient de la cosmétique pour les peaux atypiques ou nécessitant un coup de pouce pour la cicatrisation. Je penserais à elle aussi lors de mon premier et deuxième jour de lunes, pour l’intégrer dans un mélange (avec de la sauge sclarée et du basilic exotique par exemple, mais d’autres HE sont chouettes aussi pour cette période) afin d’apaiser les douleurs lombaires (massage bas ventre et bas du dos). Mais je ne mettrai pas plus de 3 gouttes en fonction de la quantité d’HV que j’utilise.

A priori, pour le moment, je ne vois pas trop comment l’utiliser d’autre. Peut-être, au besoin, une goutte face interne des poignets, mais avec l’intention de venir équilibrer quelque chose comme un manque de confiance, une difficulté à comprendre le sexe opposé, une difficulté à prendre ma place (surtout à l’approche des lunes). Bref, vous voyez!


J’espère que ce petit article vous aura permis de mieux faire connaissance avec cette beauté de la nature. Personnellement, elle me plaît.


Merci pour votre attention et je vous souhaite une belle journée, une belle semaine, et vous dis à la semaine prochaine pour d’autres aventures aromatèsques.


Sarah



Bibliographie: Ouvrages utilisés pour la rédaction de cet article

"Traité d'aromathérapie scientifique et médicale". Michel Faucon. ed. Sang de la Terre. 2017.

« L’aromathérapie énergétique: guérir avec l’âme des plantes ». Lydia Bosson et Guénolée Dietz. Ed. Amyris. 2004, Bruxelles.

4 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now