Rechercher
  • Sarah Ameye

Les HE qui favorisent un apaisement émotionnel…




Vaste sujet qu’il faudrait sans doute délimiter!

Au même titre qu’il faudrait, pour bien faire, clarifier de quelles émotions on parle…


Le temps de la prise de conscience…


Cette période est plus ou moins longue en fonction de votre capacité à repérer quand quelque chose se passe pour vous. On est sans cesse traversé par des émotions de toutes sortes, mais notre corps ne va pas être capable de toutes les identifier à la minute. Une émotion majeure peut prendre le dessus et mettre toutes les autres en arrière plan.

Ex.: si je suis triste, il est fort à parier que je suis triste 70% du temps, le reste va être des va et vient avec d’autres émotions. Mais je ne vais pas forcément les voir ou les sentir, la tristesse prenant le dessus.. Comment savoir, me direz-vous, que je suis dans la tristesse ? Ou dans la colère ? Ou la peur?… J’y viens..

De plus, la durée de cette période va aussi dépendre de mon envie, ou non, de m’occuper de mes émotions. Un fonctionnement humain, que je repère chez moi en tout cas, consiste à me dire « non je n’ai pas envie, je ne veux pas savoir, je continue malgré tout ». Comme s’il était programmé dans notre esprit que s’occuper de ses émotions n’était pas important, que ça pouvait attendre. Alors oui et non. Ça peut attendre le bon endroit, le bon moment, et en même temps, si l’émotion apparaît, n’est-il pas plus « sage » de la laisser s’exprimer? Plutôt que de la refouler, qu’elle macère en nous et resurgisse puissance x2, x3,…x10 à un autre moment ? Je n’ai pas la bonne réponse, je pense juste qu’il est important d’apprendre à se connaître et à accepter notre fonctionnement.


Le temps de la découverte:


Êtes vous capable d’identifier, là maintenant tout de suite, dans quelle émotion vous vous sentez ?

Personnellement non! Pas dans l’immédiat en tout cas… Tout va dépendre d’où je suis et ce que je fais. Mais plusieurs indicateurs vont me permettre de me rendre compte que quelque chose se passe: mon corps, qui va m’envoyer des signaux lourds comme des pavés dans la mare (maladie - Mal à dire / Maux vs. Mots), mon mental qui va tourner autour de pensées peu constructives, la réaction que j’ai face aux personnes qui m’entourent (joie, exacerbation, colère,…). Souvent, on nous dit que l’Autre est un miroir de notre âme… Je suis assez d’accord avec le fait que sans l’Autre, on peut rester dans une forme de tranquillité / homéostasie.

Ex.: Quand je suis chez moi, que je m’adonne à mes rituels matinaux (yoga, méditation,…) je me sens bien, j’essaye de me situer dans l’espace et de prendre conscience de ce que je ressens. Si je ne suis en contact avec rien, juste avec moi, je peux ressentir du bonheur et de la tranquillité. Certes mes pensées vont tourner, mais c’est le principe de la méditation que de les laisser aller et venir. Si je me mets en contact avec ma journée, avec les personnes que je vais rencontrer, avec ce que j’ai à faire, tout de suite des émotions plus fortes vont se manifester. Et encore plus quand je serai réellement en contact avec l’Autre, que ce soit en positif ou en négatif.

Mais encore faut-il en être conscient!

Je pense que cette étape nécessite une rééducation aux émotions. D’abord pour comprendre l’intérêt qu’elles ont dans notre vie et puis pour pouvoir les identifier, les différencier et se les approprier ou non.


Un exercice à faire chez soi, tout simple, serait le suivant:


Je fais le silence en moi pendant 3 minutes et je me concentre sur ma respiration. Si une émotion me traverse, je l’identifie et continue à me concentrer sur ma respiration.

Après ces 3 minutes, je prolonge de 3 minutes et me connecte avec la journée qui m’attend. Qu’est-ce que j’observe ? Juste observer, pas décortiquer!! Est-ce que je sens une différence en moi? Si oui, suis-je capable d’identifier ce qui se passe ?


Le temps de la reconnaissance


Maintenant que je suis capable de découvrir les émotions qui me traversent, qu’est-ce que j’en fais ?

On parle souvent de la gratitude, des bienfaits de dire merci, d’accueillir ce qui se passe… Autant je trouve ça niais… autant je suis d’accord avec ça! Pourquoi?


Parce que les émotions, comme toute autre chose dans la vie, sont des énergies. Au plus je les mets à distance, au plus je les refuse, au plus j’en ai peur, au plus fort elles me reviennent en pleine face. J’ai en moi l’image de cet élastique auquel est accroché une balle de tennis. L’émotion est la balle, plutôt que de l’arrêter, de la reconnaître, je préfère lui donner un grand coup pour qu’elle s’en aille très loin! Sauf qu’elle est attachée à un élastique qui lui-même est attaché à mon coeur… Il y a donc beaucoup à parier pour que mon émotion me revienne en pleine tronche, avec plus de violence que la première fois! Si je l’avais prise dans les mains, reconnue, remercié pour l’apprentissage qu’elle m’apporte, j’aurais pu prendre le temps de m’en défaire, de dénouer l’élastique avec soin, et de donner la balle à la nature, à la Vie, ou à mon voisin, pour qu’elle soit transcendée et puisse apprendre quelque chose à quelqu’un d’autre.

C’est ça qui est magnifique dans l’être humain, c’est que les apprentissages, qu’il effectue au quotidien, lui permettent d’enrichir le quotidien des autres et de créer un cercle vertueux!


Alors oui, clairement, on ne vit pas tous et toutes les mêmes réalités. Evidemment qu’on a chacun et chacune nos seuils de tolérance, nos limites et nos capacités à stocker sans broncher. Mais l’expérience m’a appris de ne jamais sous-estimer ce que l’on vit au quotidien. Que l’on ait une vie tranquille ou pas, facile ou pas, peu importe. Tous, qui que l’on soit, on éprouve des émotions, des difficultés. Et personne ne peut juger de ce que l’autre ressent.

Si j’éprouve une difficulté qui paraît débile pour mon voisin, qu’est-ce que ça peut faire ?

L’idée étant de grandir, pas de se juger. L’idée étant d’apprendre à se connaître, et non pas à se critiquer! On ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable. Aucune vie n’est comparable à une autre. Aucune personne n’est comparable à une autre! Heureusement d’ailleurs! C’est ce qui fait de nous des êtres uniques. Uniques, mais qui se privent de 1001 choses parce que l’Autre (la société, les réseaux, la famille, les amis…) nous dit que « c’est comme si, comme ça, pas comme si, pas comme ça… ».

Alors après avoir compris dans quelle émotion je suis, je vais l’accueillir, la comprendre, comprendre son message et en faire quelque chose…


Le temps de l’écoute et de l’accueille


Il y a un mot qui est redondant dans mon propos, c’est la question du temps. Certains vous diront qu’il n’existe pas. D’autres qu’on en manque. Je pense que chacun(e) a une relation particulière au temps. Mais je sais aussi que quand on décide de s’accorder du temps, on en trouve. Même une minute. On en trouve. La question est: est-ce que j’estime que j’en vaut la peine? Est-ce que je mérite de prendre du temps pour moi ? Suis-je suffisamment importante pour moi que pour m’offrir quelques minutes par jour ?

Si vous hésitez à répondre oui à ces 3 questions, bon sang mais ne doutez plus!!! La réponse est: OUI OUI & OUI.


Fuir les émotions? Les refouler ? On le fait en permanence! Pas parce qu’on le veut, mais parce que: on nous a appris que..., parce que pas le temps..., parce que peur..., parce que méconnaissance..., parce que pas envie..., parce que pas important pour moi…

N’oubliez pas la balle de tennis, elle revient! Que vous la lanciez à 10 cm ou à des milliards de km, elle revient! Ne l’attendez pas, accueillez la avant qu’elle ne prenne plus de force!


« Oui mais Sarah, ok pour ton bla-bla, mais et les Huiles essentielles là-dedans? »

He ben justement! Comment puis-je utiliser une HE sans savoir ce dont j’ai besoin !?

La magie opère quand il y a une alliance entre mes émotions, mon être et mon corps! Si je ne prends pas le temps de m’écouter, que j’utilise telle HE parce qu’on m’a dit que c’était bon pour moi, ça peut fonctionner, mais pas à long terme ni de façon optimale.

En ça, je suis très mitigée quant aux recettes et autres trucs et astuces pour s’équilibrer et aller mieux. C’est génial, certes! Mais, ça l’est encore plus si ça me permet d’apprendre à me connaître et d’apprendre à utiliser des produits qui me feront clairement du bien!

Ex.: une amie à moi utilise facilement du Petit grain Bigarade (PGB), pour s’apaiser. Elle me le conseille, je vais essayer, ce sera ok. Mais à quoi sert le PGB ? Si je me renseigne, j’apprendrais que c’est un ester qui harmonise et qui apaise les coeurs qui sont blessés par une solitude mal vécue. (Source site Bioflore.be) Tout de suite, ça prend une autre dimension! Ce pour quoi cette HE fonctionnait a désormais un sens. Si elle fonctionne, ou pas, chez moi, c’est peut-être en lien avec ce que je vis!


Là où je vais perdre la majorité d’entre vous, c’est que toute cette démarche que je propose est fastidieuse, longue et nécessite de se faire aider. Ou pas. Encore une fois, chacun est unique et avance comme il le souhaite.


Je ne peux que vous partager les conseils que j’ai moi-même expérimenté:

- Souvent, quand j’ai besoin ou envie de quelque chose pour m’aider, m’apaiser, mais que je ne sais pas quoi, la synchronicité de la vie fait que ce que je cherchais apparait sur mon chemin. Ça nécessite une bonne dose de confiance dans la Vie, l’Univers, en ce que vous voulez, et ça nécessite aussi d’être responsable et cohérent. Je ne joue pas avec le feu! Si j’ai besoin d’aller chez mon médecin, j’y vais, point! Je n’attends pas un signe qui m’y poussera! Soyons censés! Je parle plutôt des petites aides du quotidien.

- Dans d’autres situations, je vais ouvrir mes livres et lire les HE qui me parlent pour savoir laquelle me correspond le mieux aujourd’hui.

- D’autres fois, je sais, parce qu’avec le temps j’ai appris à me connaître et à savoir ce qui me fait du bien.

- Je vais aussi parler autour de moi de ce que je ressens et de comment je me situe. Bien souvent, les personnes nous renvoient des choses qui nous permettent d’avancer, à nous de pouvoir les écouter!

- Et d’autres fois, je vais rester chez moi, attendre que ça passe ou attendre d’être prête à affronter ce qui se passe…

L’important c’est, je pense, de ne pas subir les émotions, mais de les comprendre pour pouvoir les accueillir au mieux, les faire sortir et se libérer de tout ça!


Parce que, oui, évidemment, il faut aussi les faire sortir ces petites émotions! Mais ça, je pense que c’est assez clair et qu’il n’y a pas besoin de conseils sur comment faire sortir le paquet qu’on a en nous. A nouveau, cela s’exprimera différemment chez chacun de nous, mais du moment que ça sort, c’est le principal. La liberté qui s’en suit n’a pas de prix!


D’un point de vue pratique, je ne peux que vous conseiller d’aller lire les descriptions des HE suivantes:

Lavande Fine Sauvage (maternage) - Camomille Romaine (colère) - Petit grain Bigarade (fatigue nerveuse - stress - apaisement) - Mandarine (tristesse) - Bergamote (nettoyage et protection) - Ravintsara (ancrage).

Vous trouverez des infos sur le site de Bioflore, dans les livres d’aromathérapie ou auprès d’un(e) aromathérapeute!



Pensez aussi aux Fleurs de Bach qui sont d’un grand secours en cas de besoin ! Pour un accès facile, le site bachcentre.com présente toutes les fleurs de Bach. Il existe aussi plein de livres autour de ces élixirs floraux, ainsi que des formations qui vous permettront d’en apprendre encore plus ou des personnes de confiance qui vous aideront au mieux!


Je m’aide aussi avec des pierres semi-précieuses comme l’Améthyste, le Quartz Rose, la Malachite, ou la Célestine. Je vais chercher mes pierres chez Nasoha, un magnifique magasin à Overijse (Belgique). Elle propose aussi un jeu de cartes qui permet de mieux comprendre la symbolique de chaque pierre, je le recommande à 1000%. (nasoha.be)


La méditation est, aussi, d’un grand secours! Même 5 min par jour, c’est déjà un cadeau que vous vous faites! Aucun effet secondaire, apaisement assuré et espace psychique dégagé! Essayer n’engage à rien!! :)


Enfin, les grands classiques: une bonne série, un bon repas, une bonne papote avec quelqu’un qu’on aime, de bonnes nuits (ne négligez pas vos nuits, elles sont primordiales pour votre santé physique et psychique), un bon roman, de la musique qui vous fait vibrer, tous sont autant nécessaires que bénéfiques afin de vous accompagner dans votre cheminement! N'ayez pas peur, aussi, d'aller voir quelqu'un de compétent pour vous aider dans votre introspection. On ne se suffit pas à soi et, souvent, demander de l'aide s'avère être un grand pas! A mon sens, il faut beaucoup de courage pour reconnaître que l'on a besoin d'aide...


Il me reste à vous souhaitez une bonne fin de journée, une bonne introspection, un bel apprentissage de vous mêmes et au plaisir de se retrouver pour de nouvelles aventures aromatèsques!



Sarah


#bioflore #automne #hiver #huileessentielle #aromatherapie #instagram #follow #blog #bloggeuse #article #articledelasemaine #aromatherapeute

19 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now