Rechercher
  • Sarah Ameye

Les Hydrolats


Hydrolats de la marque Bioflore

Pourquoi vous parler des hydrolats ?


Parce qu’ils font partie de l’aromathérapie et sont un super outil à avoir chez soi, au quotidien.

Je m’explique: les huiles essentielles sont magnifiques mais elles ne sont pas faciles à utiliser pour celui ou celle qui veut s’y mettre. Dosages, restrictions, applications, elles ont toutes leurs spécificités. Certaines, voire une grande partie, ne sont pas accessibles aux enfants et aux femmes enceintes, d’autres seront à éviter par les personnes souffrant de telles ou telles choses, bref… y a de quoi y perdre son bon sens. Ceci dit, c’est en faisant preuve de bon sens que l’on utilise le mieux les HE… Mais revenons en aux hydrolats. Ces derniers sont…


Mais oui d’ailleurs, que sont-ils ?


Qu’est ce qu’un hydrolat ?


« L’hydrolat est généralement considéré comme l’autre ingrédient de l’aromathérapie, à part les huiles essentielles elles-mêmes. Lorsqu’on distille les plantes aromatiques, on conserve une quantité déterminée de l’eau qui a servi à la distillation. Cette eau, appelée hydrolat ou hydrosol, contient une dose réduite de molécules aromatiques mais aussi des molécules strictement solubles dans l’eau. » *


La distillation à la vapeur d’eau d’une matière première engendre la création de deux produits: l’huile essentielle, qui est liposoluble (se dilue dans l’huile),et qui va flotter sur une quantité plus importante d’eau, l’hydrolat.



Dans cet hydrolat, on va retrouver certaines molécules identiques à celles que l’on retrouverait dans l’huile essentielle issue de la même plante:

ex: la distillation de la fleur d’oranger, qui coûte très cher en HE car il faut une tonne de fleur fraîche pour obtenir un kilo d’huile essentielle, va donner un hydrolat beaucoup plus abordable et aux vertus similaires mais non identiques. Ce n’est donc pas une eau floral agrémenté d’huile essentielle que l’on obtient, mais bien une eau (hydro) contenant des molécules aux vertus spécifiques*1.

De plus, la part aromatique que l’on va trouver dans l’hydrolat (ces fameuses molécules hydrosolubles aux milles vertus), est faible, contrairement aux HE qui ne sont quasiment que aromatique.


Vous comprenez un peu plus l’intérêt d’un tel produit ? Oui? Non? Pas grave, on continue…


On distingue:

Hydrolat: issu de la distillation - je répète de la DISTILLATION (fleurs, feuilles,…). Tout autre procédé ne produit pas forcément un hydrolat. On distille plus rarement les Essences (citron, orange, pamplemousse). Je sais que Aroma-zone vend un hydrolat de pamplemousse mais je ne connais pas sa composition…

Macérât: principe de faire macérer des plantes dans un liquide (eau, huile, alcool)

Eau floral: concerne la distillation de fleurs uniquement

Eau aromatique: qui est un mélange d’eau et d’huile essentielle avec ou sans alcool.


Un hydrolat de qualité est un hydrolat issu de production responsable et bio, provenant de la distillation de plantes fraîches (bien que de plantes séchées donne aussi un bon produit, mais d’intensité plus faible). Le tout avec une éthique derrière, c’est bien aussi! :-)


Et donc, pourquoi donc vous présenter et vous rabâcher les yeux avec autant de théorie ? Pour que vous compreniez de quoi il s’agit et en quoi ils sont complets. Ils ne sont pas une réplique des HE en eau, mais ils ont leur propres identités et leurs propres fonctions.

Personnellement, j’en ai quelques uns dans mon frigo (je les garde au frais pour être certaine qu’ils ne s’abîment pas). L’idée étant, maintenant, de vous partager mes petites pépites et de vous expliquer comment je les utilise. En réfléchissant à cet article, je me suis dis qu’il serait aussi intéressant de vous dire « comment je pourrais les utiliser autrement ».. On a tous et toutes nos routines, mais il est bon parfois de sortir de sa fameuse zone de confort pour tester de nouvelles façons de vivre! :-)


Mes Hydrolats



J’ai dû faire un choix… Oui, je sais, choisir c’est renoncer.. Mais je ne renonce à rien si ce n’est à perdre deux semaines à écrire parce que je vous parlerais bien de TOUS les hydrolats (HA pour les intimes). J’ai donc choisi de vous parler du:




Bleuet - Géranium Rosat - Fleur d’oranger - Mélisse - Carotte et Romarin à Verbénone - Inule Odorante - Laurier Noble


Mon utilisation et comment je pourrais les employer autrement *2:



Bleuet (Centaurea cyanus): Je l’utilise comme tonique facial le matin, il est très doux. C’est généralement les lendemains de veilles tardives que je l’utilise, pour défatiguer ma peau et mes yeux - Je l’utilise aussi comme ingrédient dans une recette de baume pour le contour de l’oeil. Comment l’utiliser autrement ? Il a la propriété de faire baisser la fièvre (par brumisation corporelle), je le sais pour la prochaine fois! Si non, je pourrais utiliser plus souvent cet hydrolat en compresse sur mes yeux après être resté longtemps devant l’ordi ou sur mon téléphone…


Carotte (daucus carota ssp maximus) et Romarin à Verbénone (rosmarinus officinalis verbenoniferum): c’est mon duo des lendemains de fête! Une cuillère à café de chaque dans un verre d’eau tiède, ou 1 cas dans ma gourde. La carotte va détoxifier l’organisme (foie, rein, vésicule biliaire), le désengorger. Je l’utilise aussi souvent dans mes cosmétiques maisons, dans les crèmes de jour ou de nuit. Comment l’utiliser autrement ? En brumisation sur les parties qui viennent d’être épilées (cire ou épurateur), son pouvoir est de favoriser la réparation cellulaire et de régénérer l’épiderme. Et le romarin va venir comme dépuratif du foie, mais pas que. Je l’utilise aussi comme tonique facial, et dans mes préparations cosmétiques pour les peaux matures ou mixtes, grasses, acnéiques. Comment l’utiliser autrement ? Je pourrais l’utiliser comme ingrédient dans mon masque à l’argile rose pour purifier ma peau. L’utiliser plus souvent comme tonique faclal surtout à l’approche du SPM. Enfin, l’ajouter à mon eau, en plus de l’inule odorante (voir ci-dessous), permettrait d’approfondir le soin offert à mes bronches. Son action est mucolytique, lipolytique, cicatrisant, immunomodulant. Bref, il est hyper complet!


Géranium (pelargonium asperum): Adaptogène, je l’utilise comme tonique quand je veux quelque chose de plus « fort » que l’hydrolat de bleuet, avec une odeur plus florale. Généralement c’est celui là que j’utilise au quotidien. En cours, mon professeur nous parlait de cet hydrolat en nous disant: « Quand c’est chaud et rouge, il est intéressant de l’utiliser! » Comment l’utiliser autrement ? Justement, quand c’est chaud et rouge (coup de soleil, irritation), je n’y pense pas souvent. Je vais plutôt vers l’aloé Vera. C’est aussi un hydrolat qui favorise l’équilibre pancréatique. Quand on a terriblement envie de sucre, ça peut être intéressant d’ajouter une cuillère à soupe de cet hydrolat dans la bouteille d’eau..


Néroli - Fleur d’oranger (citrus aurantium): je l’utilise parfois comme tonique facial, il convient à tous les types de peaux. Mais principalement, je l’utilise en interne en cas de reflux +/ou stress nerveux. Quand j’ai besoin de me calmer nerveusement, je mets 1 cuillère à soupe dans ma gourde et je bois le tout pendant la journée. En cas de reflux, je verse l’équivalent d’un bouchon dans un verre d’eau tiède que je bois doucement. Comment l’utiliser autrement ? En cas d’abus de caféine, on pourrait penser à boire un verre d’eau agrémenté d’une cuillère à café de cet hydrolat qui a comme super pouvoir d’en gommer les effets. Je ne pense pas assez à l’utiliser en cosmétique car c’est un hydrolat fragile, il s’abîme vite (à garder au frais) et ne peut donc pas être chauffé. Mais dans une émulsion à froid, il aura toute sa place: avec la rose de Damas pour raviver le teint des peaux matures, dans une émulsion à froid avec de l’Amande douce et du Calendula, pour les peaux de bébés..


Mélisse (mélissa officinalis): Un peu comme la fleur d’oranger, je l’utilise en interne pour m’apaiser. Elle est, à mon sens, plus forte que la fleur d’oranger. Je pense que leur approche sont quelques peu similaires, mais elles fonctionnent très bien toutes les deux. Pour le coup, il s’agira d’une question d’affinité et d’odeur surtout. La mélisse a odeur proche de la verveine odorante que j’adooooore aussi. Je ne l’utilise pas en cosmétique naturelle, sauf si c’est pour une recette qui n’a pas besoin d’être chauffée. Elle est plutôt fragile. Comment l’utiliser autrement ? Je pourrais y penser plus souvent, cet hydrolat est un formidable calmant des nerfs. « Il combat l’anxiété, le stress, l’agitation excessive chez les enfants ». Il a un pouvoir digestif et pour les personnes souffrant de la maladie de Crohn, il soulagera les crampes intestinales.


Inule (inula graveolens): c’est l’hydrolat des fumeurs et de l’hiver, quand on a des problèmes respiratoires. Je l’utilise en interne, un bouchon dans ma gourde à boire pendant la journée. Elle draine et exerce une action mucolytique sur les bronches. Comment l’utiliser autrement ? Je pourrais l’utiliser bien plus souvent dans mon eau, 1 cuillère à soupe, tous les jours dans ma gourde. Et je pourrais tester aussi un bain de vapeur avec cet hydrolat qui a la faculté de nettoyer les pores en profondeurs…


Laurier Noble (laurus nobilis): c’est l’équivalent du Tea Tree en Hydrolat, je l’utilise quand ma peau est sujette à des impuretés ou qu’elle a besoin d’être purifiée. On peut aussi l’utiliser en interne pour les défenses immunitaires, les problèmes respiratoires. Comment l’utiliser autrement ? Tant son HE est d’une composition richissime, tant son hydrolat est hyper polyvalent: il est antibactérien, antifongique, draineur lymphatique, tonique général, immunostimulant, anti-infectieux… What Else ? J’ai en tête de l’utiliser dans une recette pour un spray capillaire à utiliser après le shampoing, avant le séchage (gainant, lissant, brillant, trop beau pour être vrai, du coup je veux tester ça!). À parts égales, Laurier noble et Romarin à Verbénone me parait top.. Je vous partagerais la recette si ça vous intéresse. Clairement, cet hydrolat est à avoir chez soi!


Voilà qui clôture ma présentation, mais la liste est loin d’être finie!!! Vous connaissez surement l’hydrolat de Rose, de Lavande, de Camomille, il y en a tant!


J’ai choisis de vous parler de produits moins courant mais qui sont tellement géniaux à mes yeux que je ne m’en lasse pas de les utiliser!


Pour plus d’informations, je vous invite à lire le livre d’André Bitsas « Guide des Hydrolats » que vous trouverez sur le site de Bioflore. C’est le seul ouvrage, à ma connaissance, dédié à la thématique!


En espérant que cet article vous ait donné envie de les inclure dans votre vie, je vous souhaite à toutes et tous une bonne soirée, une belle semaine…


On se retrouve la semaine prochaine pour d’autres aventures aromatèsques!


Sarah








*A. Bitsas.« Guide des hydrolats - L’aromathérapie-bis ». Ed. Amyris, Bruxelles, 2018.

*1 *"Traité d'aromathérapie scientifique et médicale". Michel Faucon. ed. Sang de la Terre. 2017.p. 921-922

*2 Toutes les informations qui suivent cet astérisque sont issues de mes notes de cours (Diplôme en Aromathérapie Générale Appliquée) et du livre de A. Bitsas « Guide des hydrolats » (voir ref. Ci-dessus)

0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now