Rechercher
  • Sarah Ameye

Tout a un commencement...



Au commencement, il n’y avait rien… Ou plutôt il y avait de vagues connaissances et une terre inconnue qui me semblait imprenable, peu attrayante mais intéressante quand même.


Les préjugés que je pouvais avoir me semblaient assurés: ce n’est pas mon truc, ce n’est pas pour moi, ce n’est pas ça qui m’intéresse…


Et puis vint le premier jour.. Le premier jour où la terre inconnue devenait plus qu’intéressante! Elle devenait attractive et riche de potentiels à exploiter. C’est ce jour là où je me suis dis, pourquoi pas…


Au deuxième jour, l’ouverture des possibles se fit encore plus grande. Tellement de contrées à explorer, d’expériences à faire. L’inconnue devenait apprivoisée et je m’étonnais même d’y prendre goût.


Au troisième jour, ce fut la solitude face à mes apprentissages. Comment mettre en oeuvre ces connaissances acquises pour concrétiser quelque chose de chouette ?


Vint le 4ème jour et son essai-erreur. A chaque nouvelle étape, une nouvelle difficulté. Celle d’essayer, oser, se planter, pour mieux recommencer.


Le découragement apparut au 5ème jour, cette petite voix lancinante qui te dis tout bas « arrête, ce n’est pas pour toi… »


Le 6ème jour fut celui du repos, de ce moment où on lâche prise et où on laisse les nouvelles informations acquises s’infuser doucement dans notre esprit. Forcer la machine de la pensée ne sert à rien. Parfois il faut partir pour mieux revenir.


Au 7ème jour, je me suis dis que c’est quand même vraiment chouette et bête de ne pas foncer, malgré le nombre croissant de « mais » que je pouvais me poser…


Et puis là, vous êtes en train de vous dire: « Mais où veut-elle en venir? »


Relisez ces premières lignes en ayant en tête que ce premier jour fut celui de ma rencontre avec le monde de la cosmétique au naturel…


Ça y est? Vous y êtes ?


Je vous partage ce processus, qui s’est déroulé, non pas en 7 jours, mais plutôt en 3 jours intégrés dans un cursus d’1 an 1/2. Sachant que j’ai commencé ma formation d’aromathérapeute par les bases et la découverte du fonctionnement complet du corps, la partie cosmétique n’étant arrivée qu’à la fin.


Mais pourquoi vous dire tout ça ?


J’y viens…



Toute préparation commence par..

Quand les bases de la cosmétique ont été « acquises », des tonnes d’idées ont traversées mon esprit quant à ce que je pouvais en faire: crème pour le corps, pour le visage, baume pour soulager les femmes lors de leurs règles, baume pour les pieds, crème boostant l’immunité, crème à tout faire pour petits et grands, sérum pour la visage, crème pour les mains,.. Ma liste est longue. (Ce fut le premier et le deuxième jour)


Aujourd’hui, ma liste s’est fortement raccourcie car la réalité des choses a reprit le dessus. Je n’imaginais pas le coût que cela pouvait occasionner quand on veut se mettre à la préparation de ses produits personnels. Coût en heures et en argent. Quand on veut préparer soi-même sa crème, il ne suffit pas juste de prendre tel et tel ingrédient et de les combiner. Le cheminement est assez long quand on démarre: se renseigner, relire ses notes de cours pour choisir quels ingrédients utiliser, réfléchir auxquels on souhaite donner une chance, se tracasser que la formulation soit la meilleure possible avec une agréable odeur en prime, comprendre comment les proportions doivent être calculées, acheter le matériel nécessaire à la fabrication, se lancer dans la préparation, se rendre compte de la logistique que cela implique tant dans l’installation, la réalisation que le nettoyage. Penser à comment étiqueter les produits, que ce soit le plus clair possible. Ce fut le troisième jour.


Calculer mes quantités me semble plus aisé

Et puis, avec l’expérience, les choses se clarifient. Les informations lues à gauche à droite commencent à se regrouper pour former un tout cohérent. Et ce qui me semblait incompréhensible devint petit à petit plus clair, plus facile. Je n’ai plus peur de me tromper, je me dis que justement, trompons-nous, c’est comme ça que l’on saura si ce que l’on fait est bien ou pas. Quatrième jour bonjour.



La grosse épine dans tout ça est le coût financier que cela engendre. Quand on achète ses cosmétiques en magasin spécialisé, en grandes surfaces ou chez son petit revendeur, on n'a pas en tête tout le processus qu’il y a derrière. Et pourtant, il y en a du chemin parcouru entre l’idée de conception de votre crème et celle que vous avez dans vos mains à la fin. Tout cela, à l’échelle du petit revendeur, est concrètement impayable. L’idéal que je me faisais des produits de soins faits maison s’est un peu effondré face aux contraintes rencontrées. J’imaginais bêtement pouvoir préparer une crème pour le corps ou des crèmes pour le visage à moindre frais. Mais, à moins d’avoir un stock de dingue chez soi et quelqu’un qui vous aide sans devoir le ou la payer, c’est impossible d’être rentable. J’en suis arrivée à la conclusion que prendre soin de soi, au naturel, revient plus cher que de se polluer à moindre coût. Dingue non? Ce fut mon constat du 5ème jour.


J’ai donc laissé tomber. J’ai même dis autour de moi que j’arrêtais, que ce n’était pas pour moi, que je ne m’y retrouvais pas, bien trop cher, bien trop énergivore. Prendre cette décision m’a permis de lâcher, de penser à autre chose. Et curieusement, spontanément, mon esprit retournait vers des idées de recettes. Je cogitais à des compositions qui pouvaient être sympa. Je recevais des retours de personnes utilisant un produit que je leur avais fabriqué et qui en étaient ravies. J’ai dû m’avouer à moi-même que ce périple de la cosmétique naturelle était loin d’être fini. Que quelque chose me retenait et entretenait un désir: celui de prendre soin de soi en utilisant des produits sains et adaptés. Bonjour le 6ème jour.


À présent, j’ai pris le pli de me dire qu’il n’y a aucune urgence, que mon désir de proposer des recettes de qualité ne devait pas être assouvi dans la minute. Que je peux prendre le temps de trouver un juste équilibre. Tant d’un point de vue pratique (horaires, coût) que d’un point de vue cognitif (réfléchir et poser les choses au calme).

Le plaisir de penser à des compositions qui pourraient être chouettes pour telle ou telle personne n’a pas de prix. C’est un luxe que nous n'avons pas dans notre société, que de vendre des choses au cas par cas. Et pourtant, je pense que s’en approcher peut être bon pour chacun de nous. C’est une manière d’apprendre à se connaître, de savoir ce dont on a besoin, d’adapter ceux-ci à notre contexte, à notre vie et de pouvoir rectifier, réajuster quand c’est nécessaire. En cosmétique c’est pareil: telle crème me convient, mais aujourd’hui j’ai envie de mettre une huile végétale, de l’aloé Véra, ou un sérum pour ma peau. De choisir tel hydrolat plutôt qu’un autre.

Cet immense bla-bla pour vous dire que c’est de ça dont j’ai envie en vous écrivant chaque semaine. J’ai envie de vous partager un ensemble de choses, de techniques, qui peuvent venir remplir votre panier de « bonnes choses à faire pour prendre soin de moi ». Il n’y a pas de recettes miracles et exclusives. Tout le monde change, évolue, se métamorphose avec le temps. S’en rendre compte et en tenir compte nous permet, je pense, de vivre un peu mieux en harmonie avec soi-même. Se demander « aujourd’hui, qu’est ce qui me ferait du bien » est une belle manière de commencer sa journée.



Crème pour le corps (non ce n'est pas une soupe au potimarron!)

Si je peux, au travers de mes mots, vous donner l’envie de prendre soin de vous en vous apportant telle ou telle manière de faire, alors ça me va! Je n’ai rien à vous vendre si ce n’est mon temps et mes croyances qui sont convaincues que chacun a à y gagner en apprenant à comprendre qui il est et ce dont il a besoin, ce qui lui fait du bien à ce moment précis.

J’en suis donc au 7ème jour et je compte rester dans cette belle idée que prendre soin de soi au naturel c’est chouette! Tout simplement…



Crème pour les mains, les pieds, les coudes, les genoux...

Et prendre soin de soi au naturel, c’est aussi adopter des produits qui potentiellement peuvent servir à plusieurs choses en même temps. Pas besoin de tel ou tel produit pour tel ou tel aspect de mon physique. A l’heure actuelle j’ai l’impression que les produits que l’on nous vend ne tiennent absolument pas en compte l’ensemble de notre être. Un peu comme la médecine classique qui compte je ne sais combien de spécialistes pour je ne sais combien de pathologies. Vous avez des rides, crème anti ride. Vous avez les pores dilatés, base qui resserre les pores. Vous avez la peau sèche, crème hydratante. Vous avez les lèvres sèches, baume hydratant. Et si on arrêtait de penser à tout scinder et qu’on regardait la machine dans sa globalité ? Clairement c’est bien plus fatiguant et plus compliqué. Mais le bénéfice au final qui est la connaissance de soi, n’en vaut-il pas la peine? Je suis quelqu’un qui est convaincue qu’une crème bien formulée, simple, peut répondre aux problèmes que je viens d’énoncer. Alors oui c’est plus cher pour certain(e)s, ou c’est plus long comme processus, ou c’est plus énergivore, mais ça en vaut la peine…


Je conclurais cet article, sans vraiment savoir quoi vous dire de plus si ce n’est: prenez soin de vous! :-) Au naturel, c’est encore mieux! Parce que la beauté au naturel, c’est ça qui est beau!


Merci de m’avoir lu, désolée de ce discours décousu et au plaisir de vous retrouver pour une nouvelle aventure aromatèsque !


Ps: Ci-dessous, je vous pose là, comme ça, en cadeau, la recette d’un soin tout simple pour le corps, les pieds, les mains, les fesses de bébé, à faire chez soi. Bisous


#cosmétiquenaturel #blog #nouvelarticle #DIY #recette #crème


Recette:


Conseil: lisez d'abord toute la recette pour être sûr de bien comprendre, avant de vous lancer!


Pour un pot de 50ml, il vous faut:

Matériel:

1 mini fouet

1 bol en inox de minimum 50ml

3 cuillères en métal

1 balance de précision

1 poelle ou casserol avec de l'eau que vous ferez chauffez pour que la t° arrive à max 80°C

Du scotex

1 mini spatule

1 thermomètre

1 bol avec de l'eau froide (pas trop pour ne pas que ça déborde), mais pas peu pour que ça puisse refroidir mon bol (voir recette)

1 pot de 50ml

De quoi désinfecter le tout


Phase huileuse:

4g d'huile végétale d'Amande douce

4g de macérât de Calendula

2g de beurre de Karité

3,3g d'émulsifiant OLIVEM100


Phase aqueuse:

35g d'hydrolat de camomille matricaire


Actifs cosmétiques:

0,3g de conservateur Cosgard (ou 1,5g de Leucidal selon vos préférences)

0,05g de Vitamine E (anti-oxydant).


Préparation:

personnellement, je suis de celle qui, si c'est possible, réalisera la préparation en One pot, c'est-à-dire tout dans le même bol en inox.


Après avoir désinfecter tout le matériel que je vais utiliser (bol, ustensiles, espace de travail), je commence à peser tous mes ingrédients que je mets dans le même bol. Je commence par peser: émulsifiant, beurre de karité (à l'aide de deux petites cuillères), Amande douce, Calendula, hydrolat de Camomille matricaire.

Quand tout est dans le bol, et que ma poêle ou ma casserole fume (étape avant l'ébullition), je met mon bol au bain marie. Chez moi, avec mes plaques, j'arrive très vite à 65° qui est la t° de fusion de l'émulsifiant. Je mets donc mon col au bain marie et je touille déjà avec mon mini fouet tout en contrôlant ma t°.

Une fois arrivé à 67° max, je retire le bol de l'eau et je continue de mélanger (sans fouetter) pendant 3 minutes.

Les 3' passées, je continue de mélanger tout en mettant mon bol dans un bain marie d'eau froide et je mélange encore pendant 3'.

Après ces dernières 3', votre préparation devrait avoir un aspect laiteux et onctueux. Le bol devrait être froid. Si pas, laissé le encore un peu dans l'eau histoire qu'il refroidisse bien (ou au frigo).

J'ajoute enfin les derniers ingrédients: le conservateur cosgard ou leucidal, la vitamine E. Pour celles/ceux qui veulent, c'est l'instant d'ajouter des HE mais comme cette recette est aussi pour bébé, je n'en propose pas!


Une fois que tout est bien mélangé, bien homogène, il est temps de transvaser votre préparation dans votre contenant de 50ml, préalablement désinfecter et d'étiqueter le tout (liste des ingrédients, date de fabrication, délais d'utilisation).

A priori je dirais que cette préparation peut tenir entre 3 et 6 mois, pas forcément au frigo si l'endroit où vous le laisser est frais.

Cette petite crème peut aussi bien convenir pour les zones sèches du corps, pour bébé, pour les pieds, les mains. Elle peut se calculer afin d'avoir un pot de 100, 150, 200 ou 250ml. Elle est douce et convient à tous les types de peaux. Avec une action réparatrice du Calendula en prime!

Bonne recette !:-)

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now